P
Accueil.L'Ostéopathie Aujourd'hui.Histoire de l'Ostéopathie.Services.Qui suis je ?.liens.Contact.
L'Ostéopathie
Lesaviez-vous
"Arrêtez le mal avant qu'il n'existe ; Calmez le désordre avant qu il n'éclate"
LAO-TSEU
Mise à jour le 05.09.2013
 CABINETS A PARIS ET CRETEIL

Annuaire OsteoThérapeute listé à CRETEIL, Val-de-Marne dans l'annuaire des ostéopathes Annuaire Osteo

NEW E-BOOK GRATUIT
VOTRE OSTEOPATHE ET VOUS
téléchargez ici
Un guide pour votre santé durable
pdf couleurs, liens interactifs.

3ième éditorial

2012 : A quand une réglementation normale du paysage ostéopathique français ?

 

A ceux qui ont pris la peine de lire mes éditoriaux précédents, remarqueront ils que mes propos de 2010 se répètent aujourd’hui. La faute à une politique de réglementation hors de contrôle dans un paysage de soins envahis par les médecins ostéopathes, les kinés ostéopathes, les ostéopathes « ni-ni ».

Depuis 2007 l'année de l’application des décrets de 2002 sur la règlementation de l’ostéopathie, de la création de ce site, la profession a sombré dans un chaos démographique sans précédent au grand damne des pionniers d’une pratique encore jeune mais déjà tombée entre les mains d’affairistes prêts à ternir sans scrupule l’avenir de nombreux jeunes futurs ostéopathes.

 

2012 voit l’arrivée d’un nouveau  gouvernement, soucieux de faire des économies et de freiner les dépenses publiques.

Soit, mais aura-t-il aussi un œil sur le hold up généralisé orchestré par de nombreuses écoles de formation, lâchant dans la nature de jeunes « diplômés » qui ne vivront pas de leur profession ?

Pourquoi en est on arrivé là aujourd’hui ?

Il y a toujours et encore plus d’écoles d’ostéopathie : une vraie pagaille !

Malgré les recommandations du syndicat national de l’enseignement supérieur en ostéopathie (Sneso), les normes édictées par l’OMS, le rapport de l’Igos (Inspection générale des affaires sociales), le dispositif d'agément des écoles, par son incompétence et son laxisme a autorisé l’ouverture de plus de 60 écoles depuis 2007. Il existe de ce fait pas moins de 74 établissements agrées, soit plus que toutes les écoles réunies dans le monde, formant plus de 2700 « diplômés » par an. Bientôt, il y aura plus d’ostéopathes que de médecins (17500 environ sur le territoire, 30000 prévus d’ici 5 ans). Sans numérus clausus (contrairement aux médecins), les conséquences deviennent désastreuses pour l’image et la crédibilité de l’ostéopathie.

En effet, et je me répète, plus d’écoles demandent plus d’enseignants. Or, l’offre ne suit bien évidemment pas la demande de ces organismes formateurs onéreux. Donc, les directeurs d’école embauchent des jeunes « fraîchement » diplômés sans aucune expérience du terrain pour transmettre leur savoir ! La qualité de l’enseignement sombre dans la médiocrité et les futurs diplômés foncent droit dans le mur d’un marché saturé, avec des formations qui durent moins de 6 ans pour certaines (3 ans pour les plus mauvaises) avec rarement les 4465 heures recommandées (dont 1000h de formation clinique).


L’ostéopathie ne mérite pas cela Messieurs les élus !

 

La mutuelle des députés a été une des premières à prendre en charge partiellement les séances d’ostéopathie (la liste des mutuelles le proposant augmente chaque année, une bonne nouvelle pour les patients).

Désireux de protéger les patients de praticiens, sous couvert du titre, s’adonnant à des pratiques de moins en moins bien maîtrisées ; voire farfelues et donc d’assainir le paysage ostéopathique français, le Député UMP et professeur de médecine Bernard Debré  avait déposé une proposition de loi qu’il voulait voir examinée avant la fin de la session parlementaire. Entre temps, des élections ont eu lieu.

Espérons que le projet ne sera pas enterré ou rangé sous un tas de dossiers.

Gageons aussi sur une coopération pluridisciplinaire des professions de santé (comme le pluripartisme à l’Assemblée Nationale) dans l’intérêt d’une prise en charge globale du patient, sans conflits d’intérêts, dont la première victime serait le patient lui-même.

Pour conclure, je reprendrais juste un extrait des propos de Thibaut Catel, un ostéopathe exclusif, tirés d’une interview sur le sujet et plein de bon sens : « On aimerait juste que les kinésithérapeutes fassent de la kinésithérapie, les médecins de la médecine et les ostéopathes (avec une formation complète de 6 ans) de l’ostéopathie.

 

Quoi de plus « normal » Mr le Président de la République !